Navigation

Que les

jeux commencent

INTERVIEW AVEC INA MESCHIK ET HANNO DOUSCHAN

L'hiver approche et, avec elle, la nouvelle saison de Snowboard. Juste avant le départ, nous nous sommes entretenus avec le duo de snowboardeurs autrichiens POWER HORSE, Ina Meschik et Hanno Douschan, deux professionnels de la planche. Pendant que Ina a fait fureur au cours des dernières années lors des slaloms et les slaloms géants, occupant entre autres la quatrième place lors des Jeux Olympiques de 2014, Hanno, quant à lui, s'élancera pour le snowboardcross, discipline dans laquelle il fait partie de l'élite. En plus des informations intéressantes sur la préparation et les objectifs de la saison actuelle, ces deux sportifs nous diront comment donner le meilleur de soi-même et comment se concentrent-ils avant le départ.

La saison va bientôt commencer. Comment ont été les préparations ? Est-ce que tout s'est bien passé, pas de blessures ?

Ina Meschik : La préparation a été très bien, l'été a été superbe. Je n'ai pas changé grand-chose, vu que tout a bien fonctionné au cours des dernières années. Cependant j'ai changé l'entreprise qui fabriquait ma planche et je ne l'ai testé jusqu'ici qu'à peu près 30 jours sur la neige. Il faut juste espérer que tout se passe comme je me l'imagine.

Hanno Douschan : J'ai eu également une très bonne préparation. L'année dernière, j'ai eu quelques jours de flemme, directement après les Jeux Olympiques je me suis malheureusement blessé à la tête et devais me retirer pendant deux mois. La Coupe du Monde à domicile ne s'est pas non plus déroulée comme prévu, j'ai dû me battre pour être à nouveau à la hauteur. J'ai une nouvelle planche que mon fabricant a spécialement conçue pour moi et je passe actuellement de superbes moments.

Dans l'ensemble, comment s'est passé l'été et comment vous êtes-vous préparés ? Avez-vous pu vous déconnecter et vous régénérer ?

Ina : Il m'est presque impossible d'oublier complètement le sport, après la saison j'ai pris un mois de pause, tout au plus, et repris ensuite avec l'entraînement. Pendant l'été, j'ai fait tout ce qui me fait plaisir : le inline-skating, la natation et le downhill-skating.

Hanno : Après la saison, je suis allé dans les glaciers pour essayer la nouvelle planche. Pendant mes vacances, je suis retourné à l'uni pour nourrir également mon cerveau. J'étudie Gestion d'entreprise à Innsbruck, des études subventionnées qui me plaisent énormément. J'ai repris ensuite les entraînements. En principe, j'aime énormément chanter lorsque je conduis. Ce n'est que derrière le volant que je me relâche vraiment. J'aime chanter en particulier toute sorte de vieilles chansons qu'écoutait déjà mon père.

Ina, chantes-tu aussi ?

Ina : Non, je laisse cela à Hanno. Je vis tout simplement pour le sport et mes loisirs tournent également tout autour.

 

Quand débutez-vous la saison ?

Ina : Nous avons déjà eu une première course, un tournoi de la Coupe d'Europe en salle. La Coupe du Monde débutera le 12 décembre.

Comment ça s'est passé ?

Ina : Bien, j'étais quatrième et sixième. Il y a eu beaucoup de concurrents et, beaucoup de coureurs de Coupe du Monde étaient sur la ligne de départ.

Hanno : Je débute la Coupe du Monde à Montafon le 11 décembre, mais bien avant cela j'ai encore une course de la Coupe d'Europe. J'espère que la neige sera adéquate sinon c'est toujours un peu difficile pour le boardercross. J'ose croire que tout ira bien.

Quels sont vos conseils de préparation afin de pouvoir offrir votre meilleure performance lors des compétitions ?

Ina : Je ne peux certes pas dévoiler mes secrets ici mais, en général, je ne suis pas très nerveuse de toute façon. Bien au contraire, je dois plutôt me surpasser.

Hanno : Respirer. Cela m'aide aussi lorsque je m'imagine à un endroit où je me sens bien. Lors des courses, je ne dois pas me surpasser de toute façon, mais pendant l'entraînement, je suis parfois trop détendu.

Depuis quand vous connaissez-vous ?

Hanno : Oh, depuis longtemps. Nous nous sommes rencontrés il y a environ 15 ans, nous étions des athlètes régionaux de Kärnten. À cette époque, je courais en slalom géant parallèle ...

Ina : À un moment donné, nos chemins se sont séparés parce que nous avons évidemment des disciplines différentes. Nous avons également fait l'école ensemble.

Hanno : En plus, nous nous entraînons ensemble et faisons tous les deux le sport au sein de l'armée fédérale. Et bien évidemment, nous sommes aussi liés par le fait d'avoir un sponsor commun, POWER HORSE.

Merci pour votre temps et beaucoup de succès pour la prochaine saison !

  1. antérieur
  2. suivant